Nouvelles d’Ethiopie …

 

Nous avons tenu bon face aux difficultés une année de plus. Le centre a rempli ses objectifs en accueillant 152 enfants de 6 à 12 ans , en plaçant en familles d’accueil plus de 173 grands enfants de plus de 13 ans. Notre plus grande satisfaction vient des jeunes qui prennent leur envol et s’émancipent de SOSEE au terme de leur scolarité. Abraham Bogale, notre étudiant en médecine a brillament réussi son internat en fin de sixième année.

Une bonne vingtaine de jeunes ont trouvé récemment du travail dans des secteurs très variés (ce sont plus de quarante jeunes qui sortiront de nos structures cette année).

 

C’est heureux car notre situation financière reste toujours aussi précaire malgré l’augmentation sensible du nombre des parrainages. Voici un an que nous cherchons activement des soutiens auprès des autorités éthiopiennes mais rien ni fait, il semble qu’elles soient indifférentes à nos problèmes. Nous pensons pourtant qu’il est plus intelligent d’aider ces jeunes dans leur pays plutôt que de les transformer en migrants potentiels. La jungle de Calais est pleine de ces éthiopiens ou érythréens qui y recréent en miniature un pays et un mode de vie qu’ils n’auraient jamais du quitter.

 

A Burayu, il faut environ trois parrainages pour assumer un enfant ( environ 90€ par mois par enfant). Nous avons 308 enfants à charge à Burayu, il nous faudrait donc plus de 900 parrainages pour assurer complètement le budget du centre par ce moyen de financement. A ce jour, toutes associations confondues (Enfance et Partage Haute Picardie, Children of the Sun et Les Amis du Toukoul) vous êtes plus de 320 à parrainer un enfant de Burayu dont plus de 160 pour notre seule association. Si on compare ces chiffres par rapport aux années précedentes, on constate qu’ils sont très heureusement en constante progression.Le reste du budget est assuré par la contribution régulière d’autres associations comme les Enfants avant tout, Passerelle et Enfance et Vie ainsi que des donateurs privés comme Monsieur Paul Dequidt.

 

Place aux jeunes ! Faites maintenant connaissance avec ce que deviennent les plus grands et leur solidarité envers  les plus petits et consultez les appéciations d'un de nos enfants Atnafu Bekele.

 

Nous vous renouvelons nos plus sincères remerciements, sans votre aide, tout cela s’arrêterait.

 

Bonne lecture

Jean François Gillet

Que deviennent les plus grands?

 

Traditionnellement en Septembre, les jeunes qui ont fini leur cursus scolaire trouvent un emploi avec l'aide du travailleur social chargé de les aider dans leurs démarches. Récemment sur 17 enfants concernés,10 ont trouvé du travail seuls, 7 avec notre aide et nous sommes confiants pour 3 autres qui pourraient partir d'ici la fin d'année.Pour les aider à s'installer dans la vie, nous leur allouons à tous la somme de 4400 birrs (la monnaie éthiopienne, 1€ vaut 23 birrs environ) soit environ 190€ pour financer une partie des dépenses d'installation (lit, couverture, chaises, tables,etc) Chaque jeune qui quitte la structure, nous permet d’économiser environ 90€/mois. A ce jour, 156 jeunes (91 garçons et 65 filles) restent placés en famille d’accueil.

 

 

 

 

De la solidarité des plus grands envers les petits!

 

 

Les jeunes ayant quitté depuis plusieurs années SOS Enfants Ethiopie, ont eu vent

de nos difficultés financières croissantes et ont collecté environ 40000birr (1740€)

pour acheter des chaussures pour les enfants de l'orphelinat de Burayu. Ils nous ont

dit que c'était peu de chose pour leurs frères et sœurs et que bien qu'ils aient quitté

l'organisation, il ne fallait pas hésiter à les solliciter dans la mesure de leurs

possibilités.

Preuve que les valeurs morales inculquées dans nos structures portent leurs fruits.

ATNAFU BEKELE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a beaucoup d'enfants de l’orphelinat qui travaillent très bien à l'école mais puisqu’il s’agit de montrer simplement la vie d'un enfant au quotidien, nous avons décidé de prendre Atnafu Bekele, 13 ans, non seulement en raison de sa performance à l'école, mais aussi pour son talent et son implication dans différentes activités de l'orphelinat.

 

Il est actif, obéissant, respectueux et aime également aider l’équipe lorsqu’ il a du temps libre. Nous n’avons jamais eu de souci concernant sa conduite. Ses amis et son école ont pu nous le confirmer. Il sait très bien gérer son temps pour tout ce qui concerne l’activité scolaire, ce qui lui permet de venir soutenir ses camarades en difficulté. Il a terminé la première partie de ses études avec la meilleure note à l’examen de «Grade 8» (86.8%). Il est maintenant inscrit en «Grade 9» à l’école secondaire d’Asco où il occupe toujours les premières places. Quand il était à l'école primaire, il participait aux ateliers: «Arts, Dram and literature» et était délégué des élèves au conseil d’établissement. L'année dernière, il a représenté toutes les écoles de son district à un concours de culture générale.

Il veut devenir médecin ou metteur en scène.

 

"Sans votre aide, tout cela s'arrêterait" déclare Jean-François GILLET. Si vous voulez aider cette action menée en Éthiopie avec un don ou en parrainant un enfant, contacter notre siège "Enfance et Vie" selon tous moyens à votre convenance ou par le biais de notre site. Merci au nom de ces enfants.

Réécoutez notre interview

sur RCF RADIO

© Copyright 2014, All Rights Reserved. Mentions légales